Il n'y a pas de marketing. Il n'y a que toi.

Bonus 13 : inspirations et digestion


Posted on mai 18th, by Pouhiou NoéNaute in Bonus du Vendredi, Livre I : Bonus, Livre I : Épisodes. 6 comments

Bonus 13 : inspirations et digestion

Cette semaine on continue notre tour des coulisses de cette creation. Un tour qui va nous mener sur une grande et une petite annonce.

Monstres Invisibles, Néant et autres délices.

Quand on me pose la question : « d’où te vient l’inspiration ? » j’ai souvent envie de répondre : « comme pour toi, de partout ». On trouve l’air où il est. En général partout autour de nous. Il y a des créations qui nous touchent, des délires qui nous amusent, des idées qui accrochent… Parfois même on les garde sur un bout de papier, en favori de page web ou dans un coin de neurone. Pas étonnant, dès lors, que ça ressorte. Mais il est vrai que pour chaque oeuvre, il y a des inspirations majeures.

La relecture de Monstres Invisibles, de Chuck Palahniuk, m’a insufflé les Noénautes.

Vois par toi meme : C’est un roman-je, une sorte de road movie, où les révélations sont légion, aidées par le fait que le personnage t’embrouille et dans la temporalité et dans les prénoms qui se multiplient. Chuck Palahniuk (l’auteur de Fight Club) est un de ces auteurs que j’affectionne parce qu’ils parlent franchement du pouvoir qu’ont sur nous les histoires qu’on se crée. Comme Vincenzo Natali, le réalisateur de Cube. Son 3ème film « Nothing » débute par un « Ceci est une histoire vraie » très très très insistant. Et j’aime ce genre de jeu avec l’audience.

Faire feu de tout bois

Tout peut nous inspirer. Il suffit juste qu’on connecte. Un ralentisseur qui fait un peu trop chier (à Saint Sulpice par exemple), et je me pose des questions. Y’a un mec qui a pensé ces machins. Un ingénieur. Et il a fait des calculs. Le mec, ses parents lui ont payé des études, il a obtenu un poste, et il a mit son temps, son talent et son savoir faire pour me faire chier de manière savante. Le juste dosage d’emmerdement. Et il a été payé pour ça. De là à imaginer que ça l’excite, on est 10 kilomètres plus loin et je tiens un personnage. Et je collectionne comme ça des incongruités.

Le secret, c’est de savoir parler à Futur-Moi.

Futur-Toi. C’est cette personne qui va se servir de la petite info marrante que tu as récolté aujourd’hui. De l’anecdote qui t’a parlé. Du petit morceau de savoir mis de côté. Mais Futur-Toi est une tête de linotte. Alors que toi tu te rappelles de tout ce qui vient de se passer et que tout fait sens maintenant dans dans tête ; Futur-Toi à une mémoire de coccinelle et d’autres préoccupations et circonstances qui font qu’il ne voit plus la bonne idée. Il faut donc savoir lui parler. Lui laisser des messages, qui, à travers le temps, l’aideront à relier les points et voir le dessin d’ensemble. Et dire que certains universitaires résument ce magnifique processus en une expression « prendre des notes ». Les fous.


Hé, il en reste encore… Allez zou, en page 2 !